>> accès à l'ancien site CISL

Trafic marchandises: gros risques de report sur la route selon une enquête d'OUESTRAIL

OUESTRAIL, l'association de défense des intérêts ferroviaires de Suisse occidentale, a effectué une enquête auprès d'une soixantaine de clients de CFF Cargo. Pour la plupart, ces clients étaient menacés de ne plus être desservis par CFF Cargo, malgré le fait que la desserte par rail soit une condition de survie pour certaines entreprises. Suite à la vague de protestations qui a suivi l'annonce du projet FOCUS de réduction des prestations par CFF Cargo, la plupart de ces clients bénéficieront finalement d'une solution de rechange. Mais la colère gronde et les risques sont grands de voir de plus en plus d'entreprises se tourner vers la route pour transporter leurs marchandises

Delémont, le 6 mars 2006. Pour OUESTRAIL, l'association de défense des intérêts ferroviaires de Suisse occidentale, CFF Cargo a pris un risque considérable en annonçant à fin octobre 2005 la réduction de près de la moitié des points de service permettant le transport des marchandises par le rail. Cette annonce a levé un vent de panique auprès de la clientèle des CFF. Devant l'ampleur des critiques, CFF Cargo a en grande partie dû revoir son projet de démantèlement. Ainsi, si le réseau de base passe bel et bien de 510 à 323 points de service, le nombre de solution "flexibles", estimé à 50 dans le projet original, s'élève finalement à 170. OUESTRAIL souligne toutefois que dans la solution "flexible", le point de service est bel et bien supprimé, même si la desserte du client concerné est maintenue. Il s'agit donc d'avantage d'un sursis que d'une solution durable. De l'aveu même de CFF Cargo, le projet FOCUS dans sa version définitive aura pour effet d'engendrer plus de 100'000 trajets supplémentaires par camion chaque année.

L'enquête réalisée par OUESTRAIL auprès d'une soixantaine de clients de CFF Cargo met en évidence un mécontentement grandissant avec à la clé une tentation réelle de passer à la route.

Pour l'association OUESTRAIL, une telle évolution serait en totale contradiction avec les objectifs de transfert de la route au rail du trafic marchandises. Aujourd'hui déjà, la tendance n'est pas favorable au rail. Ce dernier achemine à peine un quart des 26 milliards de tonnes-kilomètres transportées chaque année en trafic interne et sa part de marché ne cesse de diminuer au profit de la route.

Le Conseiller d'Etat vaudois François Marthaler, Président de la Conférence des Directeurs des transports de Suisse occidentale (CTSO), a souligné les effets indésirables d'une telle évolution: engorgements routiers, pollution de l'air, bruit et insécurité routière.

Quant au Président de l'association OUESTRAIL et Conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil, il s'est prononcé en faveur de conditions cadres permettant au rail de concurrencer efficacement la route sur le plan des tarifs (problème du coût des sillons). Il a également demandé à CFF Cargo de se montrer résolument conquérant notamment par l'innovation et un meilleur service à la clientèle.

Renseignements complémentaires:
Pierre-Alain Gentil, Président OUESTRAIL et Conseiller aux Etats (079 250 37 11); François Marthaler, Conseiller d'Etat du canton de Vaud (079 750 75 26) et Jean-Claude Hennet, secrétaire général OUESTRAIL (032 423 39 15 et 079 250 86 64)

 
 
>> retour
     
 
 
OUESTRAIL - Association pour des liaisons ferroviaires perfomantes en Suisse occidentale