>> accès à l'ancien site CISL

Transfert du trafic des marchandises sur le rail: OUESTRAIL dénonce le démantèlement de l'offre

L'association OUESTRAIL – pour des liaisons ferroviaires performantes – s'oppose à la réduction massive des prestations de l'entreprise CFF Cargo. A l'occasion de son colloque d'automne organisé vendredi à Chavornay, les représentants de l'office fédéral des transports, de CFF Cargo, des transports routiers et de l'Initiative des Alpes ont exposé leur position dans ce dossier devant une septantaine de personnes. Pour le président d'OUESTRAIL et Conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil, il est absurde de démanteler les prestations de CFF Cargo alors même que les objectifs de transfert du trafic des marchandises sur le rail sont plus que jamais compromis.

Delémont, le 4 novembre 2005. Pour son colloque d'automne de vendredi à Chavornay, l'association OUESTRAIL avait choisi le transfert du trafic des marchandises sur le rail comme thème de débat. Un débat qui a pris un relief tout particulier avec l'annonce par CFF Cargo une semaine plus tôt d'un démantèlement massif de ses prestations, une mesure qui va en sens inverse des efforts réalisés afin de transférer le trafic des marchandises de la route sur le rail.

En vertu de la "Loi fédérale du 8 octobre 1999 visant à transférer sur le rail le trafic de marchandises à travers les Alpes" le nombre de courses annuelles pour le trafic lourd de marchandises à travers les Alpes ne devrait pas dépasser 650'000 au plus tard en 2009. Or aujourd'hui la diminution du trafic routier est enrayée alors que nous en sommes à plus d'un million de courses.

Diverses mesures ont été proposées par les conférenciers invités. Le vice-président de l'ASTAG Jean-Daniel Faucherre propose l'introduction d'une taxe sur le transit alpin afin de ne pas pénaliser le trafic interne. Le représentant de l'Initiative des Alpes Georges Darbelley plaide pour l'introduction d'une bourse du transit alpin. Ce système consisterait à plafonner le volume du trafic et à vendre les droits de transit aux enchères. Quant au représentant de CFF Cargo Adrian Keller, il estime que la législation pénalise le trafic marchandises sur rail.

Pour le Président d'OUESTRAIL et Conseiller aux Etats Pierre-Alain Gentil, l'attitude de CFF Cargo constitue une véritable déroute. Outre le démantèlement prévu, comment se fait-il que les clients de CFF Cargo très souvent ne reçoivent pas les wagons commandés? OUESTRAIL souhaite une entreprise innovante et offensive afin de conquérir la clientèle en lui offrant une véritable alternative à la route. En investissant dans des installations de transbordement modernes, performantes et fiables, CFF Cargo pourrait, comme certaines études le démontre, absorber l'essentiel du trafic pour les distances de plus de 100 kilomètres. Une telle politique se traduirait par une meilleure rentabilité du rail et une réduction bienvenue du trafic des camions.

Renseignements complémentaires:
Pierre-Alain Gentil, Président OUESTRAIL et Conseiller aux Etats (079 250 37 11) et Jean-Claude Hennet, secrétaire général OUESTRAIL (032 423 39 15 et 079 250 86 64)
 
 
>> retour
     
 
 
OUESTRAIL - Association pour des liaisons ferroviaires perfomantes en Suisse occidentale