>> accès à l'ancien site CISL

8 novembre 2008

Echos du colloque OUESTRAIL

Participation record pour le quatrième colloque organisé par OUESTRAIL: plus de 100 personnes se sont intéressées au thème de la libéralisation du marché ferroviaire dans le cadre de la mise en œuvre du troisième paquet ferroviaire proposé par la Commission européenne et le Parlement européen. Après avoir écouté les exposés de Thomas Kaufmann (Commission européenne), Markus Liechti (OFT) et Cesare Brand (CFF), l'auditoire a encore assisté à une passe d'armes entre les Conseiller nationaux Christian Levrat et Jean-René Germanier.
De quoi s'agit-il concrètement? A partir du premier janvier 2010, les opérateurs ferroviaires auront le droit de prendre ou de déposer des voyageurs dans toute gare d'un pays membre située sur le trajet, y compris entre des gares situées dans un même Etat (cabotage), à condition toutefois que le train franchisse au moins la frontière d'un Etat. Concrètement, cela signifie qu'un train de la Deutsche Bahn reliant par exemple Frankfurt à Milan, pourra prendre en charge des passagers de Bâle à Brigue.
Et alors où est le problème? Le problème est qu'en Suisse, un tiers des lignes sont rentables et deux tiers ne le sont pas. Avec l'ouverture du marché à la concurrence, on imagine bien que ce sont les lignes rentables qui seront convoitées. On doit donc s'interroger sur les conséquences que cela impliquerait sur le reste du réseau. Et quid de la validité des abonnements auprès des nouveaux opérateurs? Et quid des effets sur l'horaire cadencé? Si le colloque OUESTRAIL présidé par le Conseiller aux Etats Claude Hêche a bien su poser les enjeux de la libéralisation du marché ferroviaire, il s'est par contre achevé sur de nombreuses interrogations…

 
 
>> retour à la liste des brèves
     
 
 
OUESTRAIL - Association pour des liaisons ferroviaires perfomantes en Suisse occidentale